les lettres à Marie et Sophie

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par meygem le Dim 30 Sep - 23:49


Bonsoir cerbere32,



il lui aurait ouvert les yeux. Je ne suis pas partisane de la signature Lauringe/Louringe (pardon, Kassandra) qui découlerait de la signature de Gontcharov.


Je crois davantage à une identification à son personnage "Oblomov", homme dépressif qui vit cloîtré chez lui, et qui se croit incapable de plaire à une femme et préfère les fuir plutôt que connaître un échec amoureux. 
Le grêlé "aurait eu" une révélation. Je n'ai aucune conviction pour être honnête.
Il y a des chances qu'il ait découvert Oblomov, quand le film, tiré du roman, est resté à l'affiche quelques mois au cinéma Le Cosmos (qui deviendra l'Arlequin, par la suite). Il a peut-être eu envie de lire le roman après avoir vu le film. Malheureusement, la pire des versions, à savoir, celle de Gallimard (Folio), était celle proposée à la librairie "Le Divan".


Je me demande s'il n'a pas écrit aux deux petites filles tout en ignorant laquelle était Marie, laquelle était Sophie, elles habitaient le même immeuble, je crois. Peut-être a-t-il "flashé" sur l'une des deux ? Ou sur les deux! Dans le livre de Diderot, Sophie vit auprès de sa soeur et il leur prête des "pratiques amoureuses", elles partagent le même lit et il entend bien décider des libertés qu'il leur accorde.
Comment connait-il leurs identités, sur les boîtes aux lettres, on mentionne rarement, les prénoms de ses enfants (dans les années 80, du moins).
Il s'est rendu chez elles, est-ce pour en avoir le coeur net ? (fausse interpellation, le nom de famille figure souvent sur la porte ou la sonnette). 
A-t-il vraiment cru que son piège allait fonctionner (la réponse derrière le livre Oblomov)? 
Observait-il de loin, d'une fenêtre, pour savoir laquelle allait répondre "la boîte aux lettres" comme dans la résistance ?
Non, même pas, parce qu'en écrivant "il me vient l'envie de te violer" il était évident que les petites filles allaient prendre peur et informer leurs parents, si elles ne l'avaient pas déjà fait auparavant.

Remarque: les lettres écrites par Sophie Volland n'ont jamais été retrouvées (donc pas de réponses aux lettres de Diderot).

Note 21 trouvée ici : https://journals.openedition.org/rde/4828
Dans une lettre à Sophie du 16 août 1759, Diderot associe explicitement Mme Volland mère à Circé, craignant qu’elle ne le retienne à Isle trop longtemps loin de Sophie, sur sa route de Langres à Paris : « Après-demain, Circé m’aura en sa puissance » (Lettres à Sophie Vollandop. cit., p. 55).


Sophie signifie sagesse en grec. Diderot était philosophe.
Mes recherches concernant le grêlé me ramènent constamment à la Grèce (même en laissant le poème de côté).
meygem
meygem

Messages : 1418
Date d'inscription : 19/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par cerbere32 le Lun 1 Oct - 0:42

meygem a écrit:
Bonsoir cerbere32,



il lui aurait ouvert les yeux. Je ne suis pas partisane de la signature Lauringe/Louringe (pardon, Kassandra) qui découlerait de la signature de Gontcharov.


Je crois davantage à une identification à son personnage "Oblomov", homme dépressif qui vit cloîtré chez lui, et qui se croit incapable de plaire à une femme et préfère les fuir plutôt que connaître un échec amoureux. 
Le grêlé "aurait eu" une révélation. Je n'ai aucune conviction pour être honnête.
Il y a des chances qu'il ait découvert Oblomov, quand le film, tiré du roman, est resté à l'affiche quelques mois au cinéma Le Cosmos (qui deviendra l'Arlequin, par la suite). Il a peut-être eu envie de lire le roman après avoir vu le film. Malheureusement, la pire des versions, à savoir, celle de Gallimard (Folio), était celle proposée à la librairie "Le Divan".


Je me demande s'il n'a pas écrit aux deux petites filles tout en ignorant laquelle était Marie, laquelle était Sophie, elles habitaient le même immeuble, je crois. Peut-être a-t-il "flashé" sur l'une des deux ? Ou sur les deux! Dans le livre de Diderot, Sophie vit auprès de sa soeur et il leur prête des "pratiques amoureuses", elles partagent le même lit et il entend bien décider des libertés qu'il leur accorde.
Comment connait-il leurs identités, sur les boîtes aux lettres, on mentionne rarement, les prénoms de ses enfants (dans les années 80, du moins).
Il s'est rendu chez elles, est-ce pour en avoir le coeur net ? (fausse interpellation, le nom de famille figure souvent sur la porte ou la sonnette). 
A-t-il vraiment cru que son piège allait fonctionner (la réponse derrière le livre Oblomov)? 
Observait-il de loin, d'une fenêtre, pour savoir laquelle allait répondre "la boîte aux lettres" comme dans la résistance ?
Non, même pas, parce qu'en écrivant "il me vient l'envie de te violer" il était évident que les petites filles allaient prendre peur et informer leurs parents, si elles ne l'avaient pas déjà fait auparavant.

Remarque: les lettres écrites par Sophie Volland n'ont jamais été retrouvées (donc pas de réponses aux lettres de Diderot).

Note 21 trouvée ici : https://journals.openedition.org/rde/4828
Dans une lettre à Sophie du 16 août 1759, Diderot associe explicitement Mme Volland mère à Circé, craignant qu’elle ne le retienne à Isle trop longtemps loin de Sophie, sur sa route de Langres à Paris : « Après-demain, Circé m’aura en sa puissance » (Lettres à Sophie Vollandop. cit., p. 55).


Sophie signifie sagesse en grec. Diderot était philosophe.
Mes recherches concernant le grêlé me ramènent constamment à la Grèce (même en laissant le poème de côté).

c'est mon avis aussi , la Grece , le grele y aurait des attaches..

cerbere32

Messages : 299
Date d'inscription : 08/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par Invité le Lun 1 Oct - 8:54

Kassandra88 a écrit:
meygem a écrit:Bonjour,
je n'ai jamais très bien compris comment Gontcharov pouvait devenir "Lourage", en cherchant ailleurs, je trouve enfin une signature qui puisse se lire Gontcharov. Je me sens moins stupide. Mais pour ce qui est de la thèse "Lourage", elle devient complètement fantaisiste, à mes yeux.

Bonjour Meygem,
Tout ceci est parti du fait qu'une partie d'entre nous était convaincue que l'homme qui avait rédigé les lettres à Marie et Sophie et le faux policier qui les a accosté était un seul et même homme. (Tout comme Carine d'ailleurs)
On s'est donc intéressé aux lettres et en particulier à cette phrase "J'ai lu Oblomov de Goncharov et j'ai pleuré". (Il y a aussi l'invitation à déposer une réponse sous ce livre à la librairie le Divan)
Ensuite, on s'est intéressé au livre dont on a trouvé une édition en libre accès (en format pdf) sur le net et on a découvert le le personnage principal (Oblomov) s'appelait Elie.
Dans un second temps, un internaute du forum de France 2 a découvert cette signature sur Wiki



Très proche de Louringe (Je rappelle que dans le carnet, on peut lire à la fois Lauringe et Louringe).
On a donc pensé que ce faux nom "Elie Lauringe" pouvait provenir de là. (cela reste une hypothèse bien sur).

L'objection qui a été faite, c'est que dans l'édition folio de l'époque, on ne trouve pas "Elie" mais "Ilya Ilitch". Fallait donc savoir que Ilya=Elie, mais il y a eu aussi à l'époque un film là dessus comme l'avait rappelé Marlowe, je le cite:
dans les années 80, "Le Cosmos", un cinéma parisien spécialisé situé à Saint Sulpice-Saint Placide (quartier depuis lequel le G poste plusieurs lettres aux fillettes, me semble-t-il) ne projetait que des films "soviétiques", anciens (Eisenstein, Dziga Vertov, etc.) et récents (Tarkovski, Mikhalkov...). Le cinéma existe toujours. Il projette désormais des films d'auteurs de tout horizon et a changé son nom. Il s’appelle désormais l'Arlequin.
Il a pu découvrir la traduction du prénom là-bas.

Cela reste pour moi l'hypothèse la plus séduisante, mais bien sur cela reste une hypothèse.

On a vu que sa signature a beaucoup changée ,par contre tous les livres sont en Russes ,est ce qu'il y a des livres traduit en Français qui sont signés?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par cerbere32 le Mer 10 Oct - 23:44

d' Amantine a écrit:
Kassandra88 a écrit:
meygem a écrit:Bonjour,
je n'ai jamais très bien compris comment Gontcharov pouvait devenir "Lourage", en cherchant ailleurs, je trouve enfin une signature qui puisse se lire Gontcharov. Je me sens moins stupide. Mais pour ce qui est de la thèse "Lourage", elle devient complètement fantaisiste, à mes yeux.

Bonjour Meygem,
Tout ceci est parti du fait qu'une partie d'entre nous était convaincue que l'homme qui avait rédigé les lettres à Marie et Sophie et le faux policier qui les a accosté était un seul et même homme. (Tout comme Carine d'ailleurs)
On s'est donc intéressé aux lettres et en particulier à cette phrase "J'ai lu Oblomov de Goncharov et j'ai pleuré". (Il y a aussi l'invitation à déposer une réponse sous ce livre à la librairie le Divan)
Ensuite, on s'est intéressé au livre dont on a trouvé une édition en libre accès (en format pdf) sur le net et on a découvert le le personnage principal (Oblomov) s'appelait Elie.
Dans un second temps, un internaute du forum de France 2 a découvert cette signature sur Wiki



Très proche de Louringe (Je rappelle que dans le carnet, on peut lire à la fois Lauringe et Louringe).
On a donc pensé que ce faux nom "Elie Lauringe" pouvait provenir de là. (cela reste une hypothèse bien sur).

L'objection qui a été faite, c'est que dans l'édition folio de l'époque, on ne trouve pas "Elie" mais "Ilya Ilitch". Fallait donc savoir que Ilya=Elie, mais il y a eu aussi à l'époque un film là dessus comme l'avait rappelé Marlowe, je le cite:
dans les années 80, "Le Cosmos", un cinéma parisien spécialisé situé à Saint Sulpice-Saint Placide (quartier depuis lequel le G poste plusieurs lettres aux fillettes, me semble-t-il) ne projetait que des films "soviétiques", anciens (Eisenstein, Dziga Vertov, etc.) et récents (Tarkovski, Mikhalkov...). Le cinéma existe toujours. Il projette désormais des films d'auteurs de tout horizon et a changé son nom. Il s’appelle désormais l'Arlequin.
Il a pu découvrir la traduction du prénom là-bas.

Cela reste pour moi l'hypothèse la plus séduisante, mais bien sur cela reste une hypothèse.

On a vu que sa signature a beaucoup changée ,par contre tous les livres sont en Russes ,est ce qu'il y a des livres traduit en Français qui sont  signés?

le grêle aurait_il pu être projectionniste de cinémas (avec goût pour la photo et la littérature), travailler les soirées dans des salles de cinéma ? avoir des après_midi , ou des matins libres..

cerbere32

Messages : 299
Date d'inscription : 08/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par Nordine le Jeu 11 Oct - 8:48

cerbere32 a écrit:

le grêle aurait_il pu être projectionniste de cinémas (avec goût pour la photo et la littérature), travailler les soirées dans des salles de cinéma ? avoir des après_midi , ou des matins libres..

Certes, il pourrait avoir été projectionniste, mais le film "Quelques jours de la vie d'Oblomov" n'a pas, à ma connaissance, de version française. Au mieux aurait-il pu voir la version russe originale sous-titrée en français dans laquelle le personnage d'Oblomov est prénommé Ilya et non Elie.

___________________________________________

Le pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument. (Lord Acton)

Nordine

Messages : 2774
Date d'inscription : 14/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par cerbere32 le Jeu 11 Oct - 23:29

Nordine a écrit:
cerbere32 a écrit:

le grêle aurait_il pu être projectionniste de cinémas (avec goût pour la photo et la littérature), travailler les soirées dans des salles de cinéma ? avoir des après_midi , ou des matins libres..

Certes, il pourrait avoir été projectionniste, mais le film "Quelques jours de la vie d'Oblomov" n'a pas, à ma connaissance, de version française. Au mieux aurait-il pu voir la version russe originale sous-titrée en français dans laquelle le personnage d'Oblomov est prénommé Ilya et non Elie.
Au pire , le grele comprend le "russe"..... affraid

cerbere32

Messages : 299
Date d'inscription : 08/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par cerbere32 le Jeu 18 Oct - 16:09

Entre Diderot et Gontcharov , la librairie Le divan , la BD.....on nage dans la littérature , l'écriture , Surprised

cerbere32

Messages : 299
Date d'inscription : 08/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par Kassandra88 le Jeu 18 Oct - 17:48

cerbere32 a écrit:Entre Diderot et Gontcharov , la librairie Le divan , la BD.....on nage dans la littérature , l'écriture , Surprised


La BD (porno), il l'a mise en pratique.
Cheval d'arçon, hogtie, attache à un radiateur ....
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 11798
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par zakyro le Ven 23 Nov - 4:50


zakyro

Messages : 13
Date d'inscription : 23/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par Kassandra88 le Ven 23 Nov - 8:52

zakyro a écrit:Pour moije pense que c est Élie L orage http://bnr.bg/fr/post/100439297/saint-elie-le-maitre-de-la-grele-et-des-eclairs
Lorage peut être, qui sait?
Mais en tout cas aucun rapport entre "Lauringe et grêlé". Grêlé étant juste un surnom donné par les enquêteurs.
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 11798
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par cerbere32 le Ven 23 Nov - 14:28

pour moi , ELIE c'est 'sorti' d'une comparaison avec le héros du livre Oblomov ;
Lauringe a l'air proche de beaucoup de mots dont Lourages mal compris par Irmgard , car son autorité est 'apparente' , il en impose le grele.... il ne l'a pas épelé ni redit 2 fois -il s'en fout !!!!!
Et Irmgard aurait écrit Lauringe (plutôt proche de sa langue..p_e elle connait ce nom ? ne serait_ce que la pierre de Lauringe Mose (etudiante !)
bien sur Lourages plus proche de Louringe , mais il y a un doute pour le O ou A ? Question

cerbere32

Messages : 299
Date d'inscription : 08/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par martine34 le Mer 9 Jan - 10:40

Pourquoi le "grêlé" ne serait-il pas l'auteur des lettres adressées aux jeunes filles? Même si l'envoi de ces messages dont l'auteur fait une sorte de jeu de piste malsain paraît absurde, rien n'empêche de penser qu'il les a envoyés pour brouiller les pistes ou narguer la police tout en semant le trouble chez les jeunes filles et leurs parents. Comment les a-t-il "repérées"? Comment, surtout a-t-il eu connaissance de leur identité et de leur adresse? Des internautes ont évoqué le lien qui pourrait exister entre ce personnage et le métier de photographe, et l'hypothèse semble très plausible:
En ce qui concerne les lettres à Marie et Sophie:
*Le "grêlé" a pu faire partie d'une équipe allant photographier des classes dans des établissements scolaires. Il aurait alors , à loisir et sans éveiller le moindre soupçon, observer quelques jeunes filles pour qui il ressentait une attirance ;rien n'est plus facile, ensuite, de se procurer le nom et l'adresse des élèves avec les bons de commande et les paiements qui doivent faire référence au numéro des photos demandées.

*Quand il a volé des objets chez ses victimes, il n'a pris que des appareils photos. Celui volé chez M.Politi, qui appartenait à son beau-frère, était d'ailleurs un appareil d'un modèle rare et coûteux.

*Lorsqu'il parvient enlever le petite fille qui faisait du vélo et qu'il l'emmène dans la ferme désaffectée, il regarde attentivement des photos qu'une famille a laissées sur place. Les enquêteurs ont retrouvé la trace des anciens locataires et interrogé la mère qui a déclaré avoir abandonné sur place quelques meubles dont elle ne voulait plus et oublié ces photos sur une étagère. Elle ne connaît pas le "grêlé", qui semble au moment de l'enlèvement regarder ces photos comme un "pro" jugeant le travail d'un collègue pendant que l'enfant se trouve sur le matelas.

*Le 13 de la rue Rubens a été occupée par une annexe de la Police nationale et c'est dans ces lieux que les jeunes recrues se faisaient photographier et obtenaient leur carte de police. Il ne s'agit manifestement pas d'un hasard s'il a donné cette vraie-fausse adresse à la jeune Allemande, sans doute celle qui lui est venue à l'esprit quand elle lui a demandé où il habitait.

N'a-t-il pas travaillé, au sein même de la Police, comme technicien chargé de prendre en photo les jeunes policiers ce qui pourrait expliquer qu'il soit en possession d'une carte "authentique" et qu'il manifeste une assurance et un savoir-faire très crédibles au moment où il prétend enquêter sur des adolescents ou, comme pour sa dernière victime heureusement épargnée, avoir l'intention de procéder à un interrogatoire dans un commissariat?

Les enquêteurs ont-ils cherché à savoir qui, parmi les fonctionnaires de police en activité, retraités ou démissionnaires, avait travaillé dans cette structure de la rue Rubens?

Un policier spécialisé dans la photographie et ayant quitté ses fonctions pour exercer d'autres métiers ne serait-il pas le meurtrier?

Ce qui semble le plus étrange, c'est que PERSONNE ne l'ait reconnu ni ne soit venu témoigner. Ses poussées d'acné, même épisodiques, en faisaient un individu facilement repérable et, même imparfaits, les portraits-robots réalisés - qui ont globalement donné satisfaction aux victimes ou témoins l'ayant vu- auraient dû susciter bien des réponses de voisins, de proches ou d'éventuels collègues.
J'ai l'impression que ces crimes affreux resteront à jamais impunis, que le "grêlé" soit encore en vie ou soit mort, la dernière hypothèse étant tout à fait crédible, malheureusement pour les victimes et leur familles.


martine34

Messages : 16
Date d'inscription : 08/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par martine34 le Mer 9 Jan - 10:41

Lire "il aurait observé"

martine34

Messages : 16
Date d'inscription : 08/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par Kassandra88 le Mer 9 Jan - 10:50

martine34 a écrit:

*Quand il a volé des objets chez ses victimes, il n'a pris que des appareils photos. Celui volé chez M.Politi, qui appartenait à son beau-frère, était d'ailleurs un appareil d'un modèle rare et coûteux.
Bonjour Martine,

Non, il n'a pas volé que des appareils photos.
De mémoire, il a emporté des cartes bancaires, avec lesquelles il a retiré de l'argent, des CD de musique classique (Marianne N) un décodeur canal + (David et Jonathan), une voiture (Cyril)......
Quant aux témoignages, il y en a eu, mais le visage et la morphologie passe partout du G a fait qu'il est passé entre les mailles du filet. J'ajoute aussi que des innocents ont même avoué.


Ceci dit, rien ne dit qu'il n'avait pas quand même un lien avec la photo. (hypothèse envisagée).
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 11798
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par IDENTIFIER le Mer 9 Jan - 18:01

[quote="martine34"]Pourquoi le "grêlé" ne serait-il pas l'auteur des lettres adressées aux jeunes filles? Même si l'envoi de ces messages dont l'auteur fait une sorte de jeu de piste malsain paraît absurde, rien n'empêche de penser qu'il les a envoyés pour brouiller les pistes ou narguer la police tout en semant le trouble chez les jeunes filles et leurs parents. Comment les a-t-il "repérées"? Comment, surtout a-t-il eu connaissance de leur identité et de leur adresse? Des internautes ont évoqué le lien qui pourrait exister entre ce personnage et le métier de photographe, et l'hypothèse semble très plausible:
En ce qui concerne les lettres à Marie et Sophie:
*Le "grêlé" a pu faire partie d'une équipe allant  photographier des classes dans des établissements scolaires. Il aurait alors , à loisir et sans éveiller le moindre soupçon, observer quelques jeunes filles pour qui il ressentait une attirance ;rien n'est plus facile, ensuite, de se procurer le nom et l'adresse des élèves avec les bons de commande et les paiements qui doivent faire référence au numéro des photos demandées.

*Quand il a volé des objets chez ses victimes, il n'a pris que des appareils photos. Celui volé chez M.Politi, qui appartenait à son beau-frère, était d'ailleurs un appareil d'un modèle rare et coûteux.

*Lorsqu'il parvient  enlever le petite fille qui faisait du vélo et qu'il l'emmène dans la ferme désaffectée, il regarde attentivement des photos qu'une famille a laissées sur place. Les enquêteurs ont retrouvé la trace des anciens locataires et interrogé la mère qui a déclaré avoir abandonné sur place quelques meubles dont elle ne voulait plus et oublié ces photos sur une étagère. Elle ne connaît pas le "grêlé", qui semble au moment de l'enlèvement regarder ces photos comme un "pro" jugeant le travail d'un collègue pendant que l'enfant se trouve sur le matelas.

*Le 13 de la rue Rubens a été occupée par une annexe de la Police nationale et c'est dans ces lieux que les jeunes recrues se faisaient photographier et obtenaient leur carte de police. Il ne s'agit manifestement pas d'un hasard s'il a donné cette vraie-fausse adresse à la jeune Allemande, sans doute celle qui lui est venue à l'esprit quand elle lui a demandé où il habitait.

N'a-t-il pas travaillé, au sein même de la Police, comme technicien chargé de prendre en photo les jeunes policiers ce qui pourrait expliquer qu'il soit en possession d'une carte "authentique" et qu'il manifeste une assurance et un savoir-faire très crédibles au moment où il prétend enquêter sur des adolescents ou, comme pour sa dernière victime heureusement épargnée, avoir l'intention de procéder à un interrogatoire dans un commissariat?

Les enquêteurs ont-ils cherché à savoir qui, parmi les fonctionnaires de police en activité, retraités ou démissionnaires, avait travaillé dans cette structure de la rue Rubens?

Un policier spécialisé dans la photographie et ayant quitté ses fonctions pour exercer d'autres métiers ne serait-il pas le meurtrier?

Ce qui semble le plus étrange, c'est que PERSONNE ne l'ait reconnu  ni ne soit venu témoigner. Ses poussées d'acné, même épisodiques, en faisaient un individu facilement repérable et, même imparfaits, les portraits-robots réalisés - qui ont globalement donné satisfaction aux victimes ou témoins l'ayant vu- auraient dû susciter bien des réponses de voisins, de proches ou d'éventuels collègues.
J'ai l'impression que ces crimes affreux resteront à jamais impunis, que le "grêlé" soit encore en vie ou soit mort, la dernière hypothèse étant tout à fait crédible, malheureusement pour les victimes et leur familles.

Bonsoir.

la police a reporter plus de 20 témoin visuelle qui on vue le visage du grêlé entre 86 et 94 se qui a donner a plusieurs portrait robot différent mes dont certaine marque particulière correspondait entre heu.
IDENTIFIER
IDENTIFIER

Messages : 243
Date d'inscription : 01/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par cerbere32 le Mer 9 Jan - 23:43

martine34 a écrit:Pourquoi le "grêlé" ne serait-il pas l'auteur des lettres adressées aux jeunes filles? Même si l'envoi de ces messages dont l'auteur fait une sorte de jeu de piste malsain paraît absurde, rien n'empêche de penser qu'il les a envoyés pour brouiller les pistes ou narguer la police tout en semant le trouble chez les jeunes filles et leurs parents. Comment les a-t-il "repérées"? Comment, surtout a-t-il eu connaissance de leur identité et de leur adresse? Des internautes ont évoqué le lien qui pourrait exister entre ce personnage et le métier de photographe, et l'hypothèse semble très plausible:
En ce qui concerne les lettres à Marie et Sophie:
*Le "grêlé" a pu faire partie d'une équipe allant  photographier des classes dans des établissements scolaires. Il aurait alors , à loisir et sans éveiller le moindre soupçon, observer quelques jeunes filles pour qui il ressentait une attirance ;rien n'est plus facile, ensuite, de se procurer le nom et l'adresse des élèves avec les bons de commande et les paiements qui doivent faire référence au numéro des photos demandées.

*Quand il a volé des objets chez ses victimes, il n'a pris que des appareils photos. Celui volé chez M.Politi, qui appartenait à son beau-frère, était d'ailleurs un appareil d'un modèle rare et coûteux.

*Lorsqu'il parvient  enlever le petite fille qui faisait du vélo et qu'il l'emmène dans la ferme désaffectée, il regarde attentivement des photos qu'une famille a laissées sur place. Les enquêteurs ont retrouvé la trace des anciens locataires et interrogé la mère qui a déclaré avoir abandonné sur place quelques meubles dont elle ne voulait plus et oublié ces photos sur une étagère. Elle ne connaît pas le "grêlé", qui semble au moment de l'enlèvement regarder ces photos comme un "pro" jugeant le travail d'un collègue pendant que l'enfant se trouve sur le matelas.

*Le 13 de la rue Rubens a été occupée par une annexe de la Police nationale et c'est dans ces lieux que les jeunes recrues se faisaient photographier et obtenaient leur carte de police. Il ne s'agit manifestement pas d'un hasard s'il a donné cette vraie-fausse adresse à la jeune Allemande, sans doute celle qui lui est venue à l'esprit quand elle lui a demandé où il habitait.

N'a-t-il pas travaillé, au sein même de la Police, comme technicien chargé de prendre en photo les jeunes policiers ce qui pourrait expliquer qu'il soit en possession d'une carte "authentique" et qu'il manifeste une assurance et un savoir-faire très crédibles au moment où il prétend enquêter sur des adolescents ou, comme pour sa dernière victime heureusement épargnée, avoir l'intention de procéder à un interrogatoire dans un commissariat?

Les enquêteurs ont-ils cherché à savoir qui, parmi les fonctionnaires de police en activité, retraités ou démissionnaires, avait travaillé dans cette structure de la rue Rubens?

Un policier spécialisé dans la photographie et ayant quitté ses fonctions pour exercer d'autres métiers ne serait-il pas le meurtrier?

Ce qui semble le plus étrange, c'est que PERSONNE ne l'ait reconnu  ni ne soit venu témoigner. Ses poussées d'acné, même épisodiques, en faisaient un individu facilement repérable et, même imparfaits, les portraits-robots réalisés - qui ont globalement donné satisfaction aux victimes ou témoins l'ayant vu- auraient dû susciter bien des réponses de voisins, de proches ou d'éventuels collègues.
J'ai l'impression que ces crimes affreux resteront à jamais impunis, que le "grêlé" soit encore en vie ou soit mort, la dernière hypothèse étant tout à fait crédible, malheureusement pour les victimes et leur familles.

Forcement , il a été reconnu par son entourage , sauf qu'il n'a pas été dénoncé ! il est une personne connue dans Paris , mais aurait beaucoup changé ou est mort ?

cerbere32

Messages : 299
Date d'inscription : 08/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: les lettres à Marie et Sophie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum