La voie maudite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marie-Thérèse Borde

Message par Kassandra88 le Mar 5 Juil - 18:09

Ile 23 octobre 1988, Marie-Thérèse Borde, 55 ans, avait été retrouvée morte dans un village de l'Aisne, une semaine après la découverte de sa voiture abandonnée sur une aire de l'autoroute A26.


hebergeur gratuit

Le dossier pour meurtre qui avait débouché un non-lieu en1993, faute d'éléments concrets vient d'être rouvert début juin par le parquet de Laon (Aisne).
A noter, il n'avait jamais été rapproché d'autres affaires dites de « la voie maudite de l'A 26 ».

Selon le Parisien, le procureur de la République Baptiste Porcher doit annoncer mercredi la reprise de l'enquête par la police judiciaire d'Amiens et la diffusion d'un appel à témoins.


Rappel des faits:
La victime, enlevée un dimanche sur l'aire de Saint-Brice (Aisne), située sur une portion de l'autoroute qui venait d'ouvrir à l'époque, avait été retrouvée morte une semaine plus tard par des chasseurs dans le village de Ployart-et-Vaurseine (Aisne). Ce crime pourrait être croisé avec le meurtre de Ghislaine Charlier, 43 ans, un autre dossier, clôt celui-ci en 1995 et aujourd'hui prescrit. Ghislaine Charlier avait disparu le 30 juin 1988, cinq mois avant Marie-Thérèse Borde. Leurs dossiers n'ont jamais fait l'objet d'un rapprochement.



Elégante, coquette, Marie-Thérèse Borde était une commerciale aguerrie qui vendait des vêtements de belle facture. Ce dimanche, elle avait emprunté l'A 26 à 9 h 15, selon le ticket retrouvé dans sa voiture, après avoir quitté Arras, où elle vivait avec son compagnon, à 8 h 30. Direction Reims, où elle avait un appartement et où le lendemain elle devait participer à un salon.



C'est un automobiliste qui a prévenu la gendarmerie quand il a découvert le Renault Espace vide de Marie-Thérèse. Le hayon était ouvert et de nombreuses traces de sang allaient jusqu'aux toilettes de l'aire. Visiblement, le vol n'était pas le mobile de la disparition de la quinquagénaire : son sac était intact dans la voiture et la collection de vêtements de prix toujours accrochée aux cintres.



La disparue est retrouvée le dimanche suivant à côté d'une petite route du village de Ployart-et-Vaurseine. Elle est à plat ventre, la tête tournée vers la droite. Le corps porte des traces de coups sur la nuque et d'étranges traces dans le dos. Le pantalon est baissé jusqu'aux chevilles, le body n'a pas été dégrafé. L'autopsie révélera que la victime n'a pas subi de violences sexuelles et que les coups portés à la tête ont été mortels.



Cette mise à mort ressemble étrangement à celle de Ghislaine Charlier, 43 ans. Le 30 juin 1988, cette sportive est partie du village de Petit-Verly (Aisne), dont elle est conseillère municipale, pour faire son jogging. Le lendemain, son cadavre est retrouvé dans un fossé de Montigny-en-Arouaise (Aisne). Elle repose sur le ventre, en partie déshabillée mais n'a pas subi de violences sexuelles. L'enquête révèle qu'un coup violent porté à l'arrière du crâne a été mortel et elle a des marques en V dans le dos. Autres similitudes entre les affaires : Marie-Thérèse Borde et Ghislaine Charlier sont toutes deux des femmes blondes d'âge mûr. Les corps ont été découverts dans le même département, de part et d'autre de l'axe de l'A 26.



« Il y a de quoi être stupéfait que ces dossiers n'aient jamais fait l'objet d'un rapprochement depuis vingt-huit ans. Il y a une proximité géographique, un profil de victimes identique, des blessures identiques, des postures identiques et cela n'interpelle personne. Encore une fois, il faut se battre contre des convictions toutes faites sur ces dossiers », pestent M es Didier Seban et Corinne Hermann, les avocats des familles Borde et Charlier. « Sans parler des scellés qui ont été détruits par la justice, ce qui réduit d'autant les chances de confondre les criminels », s'indignent les avocats. Pour l'heure, seul le dossier Borde est rouvert, ce qui conduira probablement les enquêteurs à s'intéresser de nouveau au dossier Charlier.



http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-justice-rouvre-le-dossier-d-une-disparue-de-l-a-26-05-07-2016-5940215.php


C'est pourtant un rapprochement qu'avaient fait Corinne Herrmann et les internautes:
http://forums.france2.fr/france2/Non-elucide/meurtres-mystere-maudite-sujet_233_1.htm
EPHEMERE 24-01-2013 à 14:23:27
avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ghislaine Charlier

Message par Kassandra88 le Mar 5 Juil - 18:14

En ce qui concerne Ghislaine Charlier

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-integrale-partenariat-le-parisien-l-affaire-ghislaine-charlier-7772602951

Il me semble qu'on parlait plutôt d'accident de la circulation avec délit de fuite. (A réécouter)
avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ghislaine Charlier

Message par Kassandra88 le Mar 5 Juil - 23:47

Kassandra88 a écrit:En ce qui concerne Ghislaine Charlier

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-integrale-partenariat-le-parisien-l-affaire-ghislaine-charlier-7772602951

Il me semble qu'on parlait plutôt d'accident de la circulation avec délit de fuite. (A réécouter)


D'après "l'heure du crime", Ghislaine Charlier aurait été victime d'un chauffard qui a pris la fuite. Son dossier a été prescrit en 2005 .....mais selon Corinne Herrmann, il suffirait que son nom apparaisse dans le dossier de MT Borde, pour que l'enquête reprenne


http://forums.france2.fr/france2/Non-elucide/meurtres-mystere-maudite-sujet_233_1.htm
Posté le 26-09-2013 à 13:37:23
avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sophie Borca Christelle Oudin

Message par Kassandra88 le Mar 5 Juil - 23:58


hébergement gratuit

Sophie Borca
Sophie Borca s'est volatilisée la première. C'était le 31 mai 1985, un beau vendredi ensoleillé. Sophie portait l'ensemble taillé sur mesure par sa mère, un pantalon, un gilet grège, une tunique mouchetée de petits pois. Après les cours, elle devait préparer sa chambre pour l'arrivée de sa correspondante allemande le lendemain. Elève en seconde A, Sophie, 16 ans, est sortie du lycée Henri-Martin à Saint-Quentin avant sa soeur. Elle aurait dû prendre le bus de 12h45, pour rejoindre Guise, la petite ville où elle habitait, une heure trente plus tard. Des témoins l'ont vue s'acheter une chocolatine à la boulangerie de Saint-Quentin et prendre la route à pied. Quand sa mère est rentrée à la maison vers 18h30 après les courses, elle a pensé que Sophie exagérait, la vaisselle n'était même pas faite. Le temps de ranger, de lancer le dîner, la petite n'était toujours pas là. Bertin Borca l'a cherchée avec le voisin, partout. Pas de Sophie.Je savais que c'était grave, elle avait pas le profil de la gamine fugueuse".
Le 22 juin 1985, le corps à moitié dénudé de Sophie est retrouvé par un "gars avec sa poêle à frire" (un détecteur de métaux). Il gisait en état de décomposition dans le bois de la vallée de la Couture, à Homblières, soit à 9 kilomètres de l'A26 alors en construction. Dans la poche du blouson de Sophie, les enquêteurs trouvent la chocolatine, à peine entamée. Les vêtements sont posés en ordre à une quarantaine de mètres du cadavre. Tout est mis sous scellés. L'autopsie n'a pas établi avec certitude que Sophie a été violée. Des prélèvements sont conservés. Parmi eux, un cheveu, qui n'appartient pas à Sophie Borca

Christel Oudin

Christel, 13 ans, était un peu le même genre de fille que Sophie, avec ses cheveux coupés à la mode des années 1980, courts derrière, raie sur le côté, mèche longue tombant devant. Elle était élève au même lycée que Sophie à Saint-Quentin. Christel a disparu le 17 novembre 1985, à Brissy-Hamégicourt, où elle voulait voir un match de foot. Il faisait très froid ce dimanche, Christel avait piqué un pantalon kaki à sa soeur, enflé l'un par-dessus l'autre deux pulls, un jaune, un kaki, plus son blouson noir en tissu fourré. Elle est partie à pied vers 13 heures de la maison de ses grands-parents, qui habitent à trois kilomètres du stade, à Moy-de-l'Aisne. Le village, qui compte 1 500 habitants, est proche de l'autoroute alors en chantier. Les ouvriers y ont installé leurs baraquements.
Vers 18 heures, Jean-Pierre Oudin est sans nouvelles de sa fille. Il tourne en voiture, présente sa photo. Lydie Oudin, sa femme, pense tout de suite : "On me l'a tuée". Elle dit que Christel avait "peur depuis quelque temps, qu'un homme la suivait". Les mois passent, l'horreur s'installe. Le 9 avril 1986, un ouvrier aux manettes d'une énorme machine remue la terre sur chantier de l'autoroute, à Anguilcourt-le-Sart. Il charrie des morceaux de corps. Donne l'alerte. Plus loin, enfouie dans la terre, une gourmette est retrouvée. C'est tout ce que les Oudin reconnaissent de leur enfant. Après de vaines recherches, la justice aurait rendu une ordonnance de non-lieu en 1992.
Le tribunal de Saint-Quentin a vite digéré ce passé, que les parents conjuguent pourtant au futur, pour survivre. Abandonné, le dossier Oudin s'est égaré. Aucune trace des scellés. Le parquet ne se justifie pas, il se retranche derrière l'argument de la prescription. Comme si les "cold case" n'existaient que dans la tête de Lilly Rush, à la télé. La justice ferait mieux de se méfier, on disait la même chose des tueurs en série, avant.

avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sophie Borca

Message par Kassandra88 le Mer 6 Juil - 0:06

Toujours aucune nouvelle?

l’enquête se resserre sur Homblières (article du 11 mars 2015)

Trente ans après le meurtre de Sophie Borca, les enquêteurs de la section de recherches concentrent leurs efforts sur Homblières près de Saint-Quentin. Tous les hommes habitants la commune en 1985 ont subi ou subiront un test ADN.


À Homblières comme pour la justice, le nom Sophie Borca est longtemps resté dans l’oubli. « C’était dans le fond de nos mémoires », reconnaît le maire de la commune Hugues Van Maele. « Mais depuis un an, on en reparle un petit peu ». Il y a d’abord eu la réouverture du dossier en 2012, puis l’appel à témoins en février 2014 rappelant aux anciens que c’est ici, dans le bois de la vallée de la Couture, que le corps de Sophie a été découvert le 22 juin 1985.

L’adolescente de 16 ans, résidente à Guise avait disparu le 31 mai 1985 après être sortie du lycée Henri-Martin à Saint-Quentin où elle était scolarisée en classe de seconde. Il y aura bientôt trente ans. Les progrès scientifiques ont conduit le parquet de Saint-Quentin à rouvrir le dossier. Et c’est justement là dessus que les enquêteurs de la section de recherches d’Amiens appuient actuellement leurs investigations.

« Une piste comme une autre »

Ils procèdent en ce moment à une vaste opération de contrôle ADN auprès des hommes qui résidaient dans le village à l’époque. « À leur demande, je leur ai fourni la liste des inscriptions sur les listes électorales de 1985 et les personnes décédées également », précise le maire. Les gens convoqués sont appelés à la gendarmerie pour être prélevés. Les gendarmes disposent d’un ADN extrait d’un cheveu découvert sur le corps de l’adolescente. Peut-être celui du tueur.

« Dans l’ensemble les habitants ne sont pas réticents », poursuit le premier magistrat même si plusieurs administrés s’en sont plaints. « Ils pensaient qu’ils étaient les seuls à être suspectés, il a fallu leur expliquer ».

Selon une source judiciaire cette opération « est une piste comme une autre ». Rien ne permet d’affirmer à 100 % pour le moment que le tueur de Sophie Borca était de la commune. Mais ces prélèvements génétiques sont aussi un prétexte pour raviver les souvenirs aux habitants de la commune. Remuer le passé pour permettre d’obtenir de nouveaux éléments, de nouveaux témoignages. Et selon nos informations, pas mal d’habitants ont des choses à dire sur cette période. Le meurtre de Sophie Borca n’est plus dans le fond de leurs mémoires.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/disparues-de-l-a26-l-enquete-se-resserre-sur-homblieres-ia16b108n188565
avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sophie Borca Christelle Oudin

Message par Kassandra88 le Mer 6 Juil - 0:13

avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voie maudite.

Message par Kassandra88 le Mer 6 Juil - 14:45


Disparus de l'A26 : le procureur évoque «une piste nouvelle, sérieuse et locale»


Le procureur de Laon a tenu ce mercredi 6 juillet une conférence de presse dans laquelle il est revenu sur la réouverture en janvier dernier de l’enquête close en 1993.



Le procureur de Laon est resté très énigmatique ce mercredi matin sur le dossier des disparus de l’A26. Depuis le 8 janvier 2016, un juge d’instruction a été saisi dans le cadre de la réouverture du dossier du meurtre de Marie-Thérèse Borde.

Enlevée sur l’aire de Saint-Brice sur l’A26 dans l’Aisne, Marie-Thérèse Borde avait été retrouvée morte dans un village près de Laon. Une affaire qui s’ajoute à plusieurs autres disparitions survenues à la même période et plus connue sous le nom des disparus de l’A26.

En présence du patron de la police judiciaire d’Amiens et du directeur d’enquête, le procureur a affirmé qu’« une piste nouvelle, sérieuse et locale » avait poussé la justice à réexaminer ce pan du dossier. Une piste qui pourrait avoir été découverte à la suite d’un ou de plusieurs témoignages.

L’enquête est donc bel et bien rouverte. La PJ d’Amiens a d’ailleurs lancé un appel à témoins.


Vous pouvez les contacter au 03.22.71.53.51

http://www.lunion.fr/761319/article/2016-07-06/disparus-de-l-a26-le-procureur-evoque-une-piste-nouvelle-serieuse-et-locale
avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voie maudite.

Message par Maison le Mer 6 Juil - 22:51

Sophie Borca s'est volatilisée la première. C'était le 31 mai 1985, un beau vendredi ensoleillé. Sophie portait l'ensemble taillé sur mesure par sa mère, un pantalon, un gilet grège, une tunique mouchetée de petits pois. Après les cours, elle devait préparer sa chambre pour l'arrivée de sa correspondante allemande le lendemain.

Maison

Messages : 636
Date d'inscription : 05/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voie maudite.

Message par Maison le Mer 6 Juil - 22:52

Christel Oudin
Christel, 13 ans, était un peu le même genre de fille que Sophie, avec ses cheveux coupés à la mode des années 1980, courts derrière, raie sur le côté, mèche longue tombant devant. Elle était élève au même lycée que Sophie à Saint-Quentin. Christel a disparu le 17 novembre 1985, à Brissy-Hamégicourt, où elle voulait voir un match de foot.


Une jeune fille amoureuse du foot comme Karine Leroy ?

Maison

Messages : 636
Date d'inscription : 05/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voie maudite.

Message par Maison le Mer 6 Juil - 22:53

Maison a écrit:Christel Oudin
Christel, 13 ans, était un peu le même genre de fille que Sophie, avec ses cheveux coupés à la mode des années 1980, courts derrière, raie sur le côté, mèche longue tombant devant. Elle était élève au même lycée que Sophie à Saint-Quentin. Christel a disparu le 17 novembre 1985, à Brissy-Hamégicourt, où elle voulait voir un match de foot.


Une jeune fille amoureuse du foot comme Karine Leroy ?

Quels liens scolaires ou extra-scolaire entre les deux ados ?

Maison

Messages : 636
Date d'inscription : 05/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voie maudite.

Message par Kassandra88 le Mer 6 Juil - 23:19

Maison a écrit:

Quels liens scolaires ou extra-scolaire entre les deux ados ?

Elles n'avaient pas le même âge, donc pas sur qu'elles se connaissaient. Ce qu'elles avaient en commun: elles avaient le même look et fréquentaient le même lycée. J'ai le sentiment qu'elles ont été victimes du même agresseur.
avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voie maudite.

Message par Kassandra88 le Mer 6 Juil - 23:33

avatar
Kassandra88

Messages : 2909
Date d'inscription : 20/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voie maudite.

Message par Seinnheiser le Mer 2 Nov - 13:51

Vous aurez sans doute constater la proximité entre le village de Moy de l'aisne ou habitait la jeune victime et Montescourt lyzerolles distant de 9 km . Il serait intéressant de savoir si le sieur Wiart y était domicilié à cette époque.Il a eu maille à partir avec le justice pour agression sexuelle sur mineur et les diverses études de ces cas démontrent qu'en ce domaine il y à généralement des récidives, en 1985 son age se situait entre 25 et 30 ans . Quand à Sophie Borca son meurtre intervient en semaine ,son corps sera découvert sur le trajet entre le lycée et son domicile , s'y rendait elle ? était elle accompagnait d'une connaissance ?

Seinnheiser

Messages : 385
Date d'inscription : 03/06/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voie maudite.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum