disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Aller en bas

disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Mar 28 Nov 2017 - 17:07

Besançon : un an après, le mystère Narumi reste entier




Même si le corps de l’étudiante japonaise n’a jamais été retrouvé, la police en est certaine : Narumi Kurosaki a été assassinée. L’unique suspect a trouvé refuge au Chili. Alors que l’enquête touche à sa fin et qu’une demande d’extradition va être transmise, cette affaire hors norme conserve ses zones d’ombre.

Depuis le 4 décembre 2016 au soir, personne n’a plus revu l’étudiante japonaise, ni vivante, ni morte (lire le rappel des faits). Vers 3 h du matin, des cris d’angoisse ont bien été entendus dans le bâtiment. Mais le silence les a ensuite engloutis. Ce silence qui se prolonge, se prolonge, se prolonge encore. Ce silence qui alimente l’absolue détresse des proches de Narumi, prisonniers, au Japon, de glaçantes questions sans réponse.

Où, quand et comment a-t-elle été tuée ? Mystère. Où se trouve son corps, comment a-t-il été transporté ? Mystère. Qui l’a tuée ? Les enquêteurs de la police judiciaire de Besançon pensent le savoir. Leur unique suspect se nomme Nicolas Zepeda-Contreras, ex-petit ami de Narumi. Depuis le Chili, son pays natal, ce jeune homme de 26 ans nie avoir commis l’irréparable, tout en reconnaissant avoir passé une partie de la nuit avec la belle Narumi. Le cri nocturne ? Un acte sexuel consenti, selon lui...

Un an plus tard, le blocage semble total. Les investigations de la PJ ont été menées avec rapidité, avec efficacité, et le dossier à l’encontre du suspect est réputé solide. « Si on a émis un mandat d’arrêt international à son encontre et qu’on a poursuivi ainsi l’enquête, c’est qu’on estime avoir suffisamment d’éléments », rappelle la procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot. Zepeda-Contreras, présenté comme redoutablement intelligent et organisé, semblait nourrir une passion démesurée pour Narumi. Un mobile passionnel se dessine.

Le problème majeur ? L’absence de corps. Un vide béant qui confère à cette affaire, écartelée sur trois continents, une dimension particulière. Côté investigations, retrouver la trace de Narumi aura été la priorité des priorités. Les éléments recueillis par la PJ, de téléphonie notamment, ont permis de délimiter certaines zones potentielles, malheureusement trop vastes. Des battues géantes ont été menées à plusieurs reprises sur différents sites, comme la forêt de Chaux. Toujours en vain.

Aujourd’hui, et même si la police continue d’y travailler, l’espoir de localiser le corps de l’étudiante nippone s’est nettement amenuisé. « L’enquête arrive à son terme, et on peut le retrouver, comme ne jamais le retrouver. Il n’est en tout cas pas exclu que de nouvelles recherches physiques soient menées », assure la procureure de la République de Besançon.

En l’absence de ce fameux corps, la probabilité que le Chili accède à la future demande d’extradition apparaît restreinte. Cette demande avait failli traverser l’océan il y a de longs mois déjà, avant que le pôle d'instruction de Besançon ne fasse volte-face. « On a appris qu’on ne pouvait l’adresser qu’une seule fois, on ne veut pas gâcher notre chance », précise la procureure. Le document ne sera donc formellement envoyé qu’une fois l’ensemble des investigations bouclées. « On verra ce qu’il sera judicieux de faire avec le Chili en début d’année prochaine », annonce Edwige Roux-Morizot.

« Une demande d’extradition peut être traitée dans un délai d’environ deux mois », indique le cabinet du juge de la Cour Suprême chargé, au Chili, de gérer ce dossier sensible, dont l’évolution est suivie par les plus hautes sphères politico-judiciaires des trois pays impliqués.

Deux scénarios opposés se profilent. Si le Chili accepte, Nicolas Zepeda-Contreras sera livré à la justice française. Enquêteurs et juges pourront l’auditionner. S’en suivrait une mise en examen, en vue d’un procès aux assises qui se tiendra à Besançon.

Si le Chili refuse, tout se compliquera. Il paraît peu probable que la France opte pour la procédure de « dénonciation des faits », qui offrirait aux autorités sud-américaines le pouvoir de traiter elles-mêmes l’affaire d’un point de vue pénal. Le parquet décidera plutôt d’abattre la carte du procès « par contumace », c’est-à-dire sans la présence physique de l’accusé.

Même si Nicolas Zepeda-Contreras, visé par un mandat d’arrêt international, ne pourra jamais plus mettre un orteil hors de son pays, cette option serait vécue comme un semi-échec. Avec cette crainte, grandissante au fil du temps : ne jamais connaître les détails du crime qui s’est noué, cette nuit-là, dans l’intimité de la chambre 106.


Willy GRAFF willy.graff@estrepublicain.fr

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/11/27/besancon-un-an-apres-le-mystere-narumi-kurosaki-reste-entier-enquete-crime-meurtre-japon


Dernière édition par Kassandra88 le Mer 29 Nov 2017 - 10:16, édité 1 fois
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Mer 29 Nov 2017 - 9:07

avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Jeu 30 Nov 2017 - 15:07

Besançon - Enquête Narumi : un nouvel espoir de retrouver son corps

Face à une foule de journalistes français et japonais, la procureure de Besançon a annoncé que de nouvelles recherches allaient être menées dans le secteur de Choisey (Jura). L'objectif : enfin retrouver le corps de Narumi Kurosaki, disparue depuis un an, et présumée assassinée.

L'espoir de retrouver son corps demeure. C'est l'information principale de cette conférence de presse tant attendue, donnée ce jeudi par la procureur de la République de Besançon. Aux côtés de leurs confrères français, une douzaine de médias japonais différents étaient représentés.

Un an après l'assassinat présumé de Narumi Kurosaki, cette étudiante nippone disparue du campus bisontin, son cadavre va être à nouveau activement recherché. De nouveaux éléments de téléphonie, récents, sont parvenus aux enquêteurs de la PJ de Besançon. Adossées à des moyens humains et techniques de grande ampleur, de nouvelles battues vont être menée dans un secteur affiné autour de Choisey, Crissey et Gevry (Jura). Ces opérations vont être organisées très prochainement.

« Toute les vérifications ont été faites, l’auteur présumé n’a pu ramener de quelque manière que ce soit la jeune femme au Chili », a vite assuré la procureure de la République. L’ensemble des investigations « ne donne aucun espoir de retrouver Narumi vivante, contrairement à ce que peuvent penser les parents, et on les comprend », a ajouté Edwige Roux-Morizot.

Preuves « graves et concordantes » à l'encontre du suspect

Très vite après la disparition de Narumi, la police avait ciblé un unique suspect : Nicolas Zepeda-Contreras, l’ex petit-ami de la victime. Des indices « graves et concordants » pèsent à son encontre, assure la procureure de la République. Ce dernier aurait tué Narumi dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016, avant de la faire disparaître en utilisant une grosse valise et une couverture, subtilisées dans la chambre Crous de sa victime.

Nicolas Zepeda-Contreras a ensuite quitté la France le 7 décembre, direction le Chili. La police n'a été saisie de l'enquête qu'une semaine plus tard. « La grande difficulté est là car on sait que dans ce genre d'affaire, les 48 premières heures sont essentielles », a pointé le patron de la PJ bisontine, Régis Millet, également présent lors de cette conférence de presse.

20 tonnes de déchet déjà examinée pour tenter de trouver des restes humains

Edwige Roux-Morizot est revenue en détail, ce jeudi, sur les précédents efforts consentis pour localiser le corps de Narumi, unique pièce manquante d’une enquête par ailleurs achevée : « Entre Dole, Parcey et la forêt de Chaux, de nombreuses battues et des repérages en hélicoptère ont été réalisés, afin de visualiser les endroits où un corps aurait pu être calciné. Au moindre doute, on a procédé à des recherches physiques. Des chiens et des plongeurs ont été également mobilisés. » Ces opérations mobilisaient jusqu'à 150 policiers au sol.

Au total - et c'est impressionnant - 20 tonnes de déchets ont déjà été minutieusement examinées par les enquêteurs et les médecins légistes, pour déceler d'éventuels fragments humains. En vain. Les autorités s'attendent à un découvrir un corps très dégradé, mais grâce à l'ADN, le moindre os retrouvé suffirait.

« Notre volonté ne fléchit pas »

L’enjeu est important. Localiser les restes de Narumi Kurosaki pourrait notamment orienter la conclusion de cette affaire judiciaire hors normes. « Notre volonté ne fléchit pas. A l’issue de ces nouvelles opérations, la demande d’extradition sera cette fois officiellement transmise au Chili », décrypte la procureure. Si le pays sud-américain refuse, deux choix : transmettre le dossier à la justice chilienne ou juger Nicolas Zepeda-Contreras devant une cour d’assise à Besançon, même en son absence.

« La découverte du corps n’obligera pas la cour suprême du Chili à accepter l’extradition. C’est une décision souveraine », tient à nuancer Edwige Roux-Morizot. Quant aux délais ? « L’information judiciaire sera achevée dans le courant de l’année 2018, ce qui théoriquement peut faire un procès à partir de 2019 ». Le mis en cause, qui nie avoir tué son ex-compagne, sera-t-il alors physiquement présent pour se défendre ? La fin reste à écrire...


Willy GRAFF

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/11/30/narumi-kurosaki-conference-presse-procureure-de-besancon-edwige-roux-morizot-un-an-apres-assassinat-meurtre-etudiante-japonaise-japon-disparition
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Dim 3 Déc 2017 - 17:30

Posté Par Pondyness:
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/jura/meurtre-narumi-ultime-tentative-retrouver-corps-jeune-femme-1376831.html

Narumi n'a jamais été retrouvée, son corps est pourtant enterré quelque part. Malgré les recherches intensives....
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Lun 4 Déc 2017 - 14:38

Un an jour pour jour après la disparition de Narumi à Besançon, les médias japonais attendent des réponses

Le mystère reste entier sur le sort de la jeune étudiante japonaise Narumi Kurosaki, 21 ans, disparue en décembre 2016 à Besançon. Les enquêteurs sont convaincus de sa mort, mais ils n'ont toujours pas retrouvé son corps. L'affaire est douloureuse pour sa famille mais aussi pour les médias japonais.

Seule certitude aujourd'hui : Narumi Kurasaki, l'étudiante japonaise de 21 ans, disparue dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016 à Besançon, est morte. Les enquêteurs en sont convaincus. D'ailleurs un mois après sa disparition, la procureure de la république de Besançon, Edwige Roux-Morizot, avait déjà exclu presque tout espoir de retrouver la jeune femme vivante. Et quasiment un an après, elle a définitivement fermé tout espoir. Les nouvelles recherches engagées peuvent permettre dit-elle "de retrouver des restes de corps, des os, et grâce aux os, on aura l'ADN". "Il n'y a aucun espoir de retrouver Narumi Kurosaki vivante, ajoute-t'elle, contrairement à ce que peuvent penser les parents, et on les comprend".
La frustration des médias japonais qui attendent des réponses

La famille de la jeune femme mais pas que, comme le prouve la présence de dizaines de journalistes japonais à Besançon, un an après les faits. "On est frustré, amer, confie Miki Ebiduma, de Nippon Televison. On voudrait des réponses, retrouver le corps, tourner la page et avancer. C'est très douloureux".

   Beaucoup disent : ça pourrait être moi", Miki journaliste japonaise

Les médias japonais, très investis depuis un an, expliquent se sentir proches de Narumi, une jeune fille japonaise venue étudier en France, comme des dizaines d'autres et à laquelle s'identifient de nombreuses familles japonaises. "Beaucoup de gens laissent des messages sur les réseaux sociaux. Ils demandent ce qu'elle est devenue, ajoute la journaliste. C'est difficile".


https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/un-jour-pour-jour-apres-la-disparition-de-narumi-a-besancon-les-medias-japonais-attendent-des-1512065408


avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Lun 4 Déc 2017 - 23:31

avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Mer 17 Jan 2018 - 23:36

avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Enhadyone le Lun 26 Mar 2018 - 21:05

Kassandra,

Je me permets de poster ici quelque chose qui me taraude depuis quelque temps déjà.

Selon cet avis de recherche de la police Belge, le corps calciné d'une asiatique mesurant approximativement 1,50m et agée entre 18 et 25 ans aurait été retrouvé. La victime aurait en sa possession une montre vendue de manière limitée au Japon, ce qui pourrait indiquer une origine japonaise. Cependant, aucune disparition ne correspond à cette personne dans cette zone.

https://www.police.be/5998/fr/avis-de-recherche/recherches/meurtres-ou-deces-suspects/video-femme-inconnue-geluwe

Je n'ai pu m'empecher de penser à Narumi même si cela me semble assez loin geographiquement (5 heures de route si je ne m'abuse). Je l'ai mentionné à la Police belge lors de la diffusion du communiqué, sans réponse de leur part.

"Le samedi 31 décembre 2016 vers 09h30, le corps sans vie d'une femme a été retrouvé dans un fossé le long de la Beselarestraat à Geluwe, entité de Wervik. A ce jour, cette femme reste non identifiée. Le corps de la victime a été brûlé. Le décès aurait eu lieu entre le 21/11 et le 30/12 mais la jeune femme est peut-être décédée dans la 1ère ou 2ème semaine de décembre, environ 2 à 3 semaines avant que des chasseurs ne retrouvent son corps.

La victime est une jeune femme âgée entre 18 et 25 ans. Elle mesure entre 1m45 et 1m50 et est de corpulence mince. Elle est d'origine asiatique. Elle avait un motif particulier sur les ongles de ses orteils.

Sur la dépouille de la victime ont été retrouvés une montre pour femme et un collier. La montre est de marque "Citizen Eco drive" et a un bracelet métallique. Cette montre a été produite à 200 exemplaires au Japon et sa valeur est estimée entre 230 et 250 euros. Le cadran de la montre est biseauté.

Un morceau de lunette a été retrouvé enfoui dans la terre sous le corps de la victime. Il n'est pas certain que ce morceau de lunette appartienne à la victime.

L'enquête a pu établir que la femme est décédée avant d'être brûlée. L'endroit où on a retrouvé le corps pourrait être l'endroit où il a brûlé. Sur la scène de crime, des fragments du journal Metro, version néerlandophone, ont été retrouvés.

La Beselarestraat est parallèle à l'autoroute A19 entre Ypres et Courtrai. Des témoins auraient remarqué ce feu depuis la A19. Il leur est demandé de prendre contact avec la police.

Les enquêteurs demandent aux personnes qui connaissent une jeune femme de type asiatique et de petite taille ne s'étant plus manifestée, de le signaler à la police. Souvent l'excuse utilisée dans le cadre d'une disparition est que la personne est retournée dans son pays d'origine."


Enhadyone

Messages : 21
Date d'inscription : 02/03/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Lun 26 Mar 2018 - 21:30

Bonsoir Enhadyone,

La personne que tu évoques, toujours non identifiée à ce jour apparemment, ne peut pas être Narumi.
Je viens de retrouver sa description
http://www.fredi.org/fiches_disparus/narumi-kurosaki/
Elle mesurait 172 cm.

Il n'y aurait pas un tueur unique pour les trois femmes évoquées.
Les meurtriers présumés de Sofie et de Carmen ayant été identifiés

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3074638/2017/02/07/Trois-femmes-sauvagement-tuees-dans-la-meme-region-trois-enigmes.dhtml


Dernière édition par Kassandra88 le Lun 26 Mar 2018 - 21:36, édité 1 fois
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Enhadyone le Lun 26 Mar 2018 - 21:35

merci beaucoup pour ton éclaircissement!
ça me permet d’arrêter de me tourmenter Smile
reste à savoir comment identifier cette asiatique sans doute en voyage lors de son meurtre chez nous...

Enhadyone

Messages : 21
Date d'inscription : 02/03/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Jeu 29 Mar 2018 - 10:15

Enhadyone a écrit:merci beaucoup pour ton éclaircissement!
ça me permet d’arrêter de me tourmenter Smile
reste à savoir comment identifier cette asiatique sans doute en voyage lors de son meurtre chez nous...

De nouvelles précisions sur cette jeune asiatique: un appel à témoins avec image de la victime:
https://www.police.be/5998/fr/avis-de-recherche/recherches/personnes-decedees/femme-inconnue-geluwe
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Mer 13 Juin 2018 - 12:13

Je suis en colère:

Affaire Narumi : plus aucune charge ne pèse au Chili contre le principal suspect
En l’absence de demande d’extradition adressée par la France, la justice chilienne a décidé de laisser libre de ses mouvements son ressortissant Nicolas Zepeda Contreras, suspect du meurtre, à Besançon fin 2016, de cette étudiante japonaise.

L’assassinat de Narumi sera-t-il un crime parfait ? Il y ressemble de plus en plus.
Fin mars, vient-on d’apprendre, le Chili a abandonné toute action judiciaire à l’encontre de Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition de cette étudiante japonaise, en décembre 2016 à Besançon (Doubs).

Le jeune homme de 26 ans, qui avait entretenu une relation avec la victime, est soupçonné de l’avoir tuée, puis d’avoir fait disparaître son corps, dissimulé dans une valise, en forêt de Chaux, la seconde plus vaste de France, à cheval sur les départements du Jura et du Doubs.

Dans les semaines qui suivirent la disparition de Narumi, le parquet de Besançon avait indiqué qu’une demande d’extradition serait adressée rapidement au Chili, afin qu’il remette Zepeda à la France. Le Chilien avait en effet réussi à regagner sans encombre son pays, après une visite de courtoisie à Narumi, avait-il prétendu. En novembre dernier encore, Edwige Roux-Morizot, la procureur de Besançon, assurait que la transmission de la demande d’extradition, finalement jamais effectuée jusque-là, était cette fois imminente.

Le Chilien libre de ses mouvements dans son pays


Las, selon nos informations, le document n’a jamais quitté la France. Ce dont a pris acte le Chili. Un an après avoir ouvert une « pré-demande » - dite « mesure de précaution » - dans le cadre de laquelle Zepeda avait été entendu une poignée de minutes seulement à Santiago, les autorités chiliennes ont donc jeté l’éponge.

Désormais, le Chilien est totalement libre de ses mouvements dans son pays, même si un mandat d’arrêt international pèse toujours sur lui, qui l’empêche de voyager à l’étranger. « Au moindre passage de frontière, il risquerait d’être appréhendé », explique une source policière.

Contacté, le parquet de Besançon, avare dans sa communication, n’a pas donné suite. « Des échanges techniques entre les autorités centrales des deux pays ont permis d’identifier un risque de refus d’extradition du Chili en l’état de ce dossier et de la procédure française », justifie par ailleurs une source judiciaire. De fait, sans le corps de Narumi, difficile d’apporter suffisamment d’éléments pour que le Chili accepte d’extrader son ressortissant. Et ce d’autant qu’une telle demande ne peut être déposée qu’une seule fois.

« Au regard du caractère irrévocable d’un refus d’extradition, il a été décidé pour l’instant de ne pas la soumettre, afin de préserver les chances de succès ultérieur », complète cette même source. Pas sûr, toutefois, que le Chili accepte à l’avenir qu’elle puisse être déposée.

En avril et novembre 2016, deux campagnes de fouilles avaient été orchestrées à la frontière entre le Doubs et le Jura pour retrouver les restes de Narumi, les autorités se disant certaines qu’elle est décédée. Les recherches les plus récentes s’appuyaient notamment sur de nouvelles données techniques, lesquelles montraient que Zepeda avait séjourné dans les environs de Dole assez longtemps pour cacher le corps. Elles n’avaient pas plus été couronnées de succès que les premières. 20 tonnes de déchets incinérés émanant des poubelles de Besançon avaient par ailleurs été passées au crible par la police. Un appel à témoin avait été diffusé pour retrouver la valise orange de l’étudiante, possiblement utilisée par son bourreau.  
http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-narumi-plus-aucune-charge-ne-pese-au-chili-contre-le-principal-suspect-13-06-2018-7769217.php
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Mer 13 Juin 2018 - 15:13

Le Chili, lui, a levé l'interdiction de quitter le territoire formulée à l'égard du suspect. "Ce qui ne pose aucune difficulté", rassure le parquet de Besançon.

Le crime parfait ? Certains se posent la question, mais pour le parquet de Besançon comme pour les enquêteurs de la police judiciaire, la réalité de ce dossier est tout autre : aussi brillant soit-il, Nicolas Zepeda a commis des erreurs et laissé dans son sillage une série d’indices à charge.


Une demande d’extradition complète sera envoyée par la France dans les mois à venir. Alors seulement, on saura. On saura si, même en l’absence de corps, le Chili livrera à la justice française son ressortissant. On saura si, à son probable procès en Cour d'assises, Nicolas Zepeda-Contreras sera ou non présent physiquement. Et on saura si, en cas de condamnation, il pourra ou non être emprisonné…

Pour mémoire, la demande d'extradition ne peut être formulée qu'à une seule reprise. D'où ces précautions.

https://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2018/06/13/meurtre-de-narumi-les-recherches-du-corps-touchent-a-leur-fin


avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Jeu 21 Juin 2018 - 17:25

Affaire Narumi : arrivés en France, ses parents ont rencontré les enquêteurs

Sur le terrain, les investigations pourraient toutefois se poursuivre. Des recherches subaquatiques seraient notamment prévues, côté Jura, dans un secteur resserré où l’analyse des déplacements de Zepeda permet de penser qu’il a séjourné suffisamment longtemps pour pouvoir y dissimuler la dépouille de Narumi.

Jusqu’alors, ses parents s’étaient montrés très discrets. Ils ne s’étaient adjoint les services d’aucun avocat et ne s’étaient donc pas constitués parties civiles, ce qui leur aurait permis d’être tenus au courant des évolutions de l’enquête. « Ses parents sont divorcés, et ne sont pas en très bons termes », nous confiait une proche début 2017.

Mais face au drame qui les touche, ils ont réussi à s’entendre,

Les parents de la jeune fille sont conscients que la fin de l’information judiciaire est proche. Épaulés par un avocat japonais, ils devraient également prendre les conseils d’un avocat français, afin cette fois de se constituer partie civile.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-narumi-arrives-en-france-ses-parents-ont-rencontre-les-enqueteurs-21-06-2018-7785783.php
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Mer 11 Juil 2018 - 9:28

Disparition de Narumi Kurosaki : vers la fin des recherches du corps:

Un an et demi après la disparition de l'étudiante japonaise à Besançon (Doubs), les enquêteurs arrivent au terme des recherches de son cadavre. Persuadés que son ex-petit ami, le chilien Nicolas Zepeda Contreras, a commis sur elle un meurtre, ils reprendront leur quête au moindre nouvel élément.

"Nous avons utilisé l'hélicoptère, l'avion, les plongeurs de la gendarmerie, des sonars, des chiens spécialisés en recherche de cadavre, les sapeurs-pompiers, les spéléologues...Tous les moyens ont été mis en oeuvre. Mais avec plus de 1 500 heures de recherche, nous avons atteint le maximum." Le commandant de la police judiciaire de Besançon, Régis Millet, le confie avec regret. Après les dernières explorations des eaux du Doubs dans les jours qui viennent, il faudra raccrocher. Au moins jusqu'à ce qu'un nouvel élément permette au magistrat instructeur de les relancer.

   Nous sommes déçus de ne pas arriver à nos fins. Surtout de ne pas pouvoir aider la famille à faire son deuil", Régis Millet, commandant de police judiciaire.
   

Les enquêteurs n'excluent pas qu'un promeneur, un chasseur, leur apportent un jour de quoi rouvrir l'enquête. Ou même que les variations du niveau du Doubs, les intempéries fassent réapparaître la valise de Narumi Kurosaki, dans laquelle, ils en sont persuadés, le suspect numéro 1, Nicolas Zepeda Contreras, a transporté puis immergé ou enterré le corps.






https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/besancon/disparition-narumi-kurosaki-fin-recherches-du-corps-1510507.html
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Agnès le Jeu 9 Aoû 2018 - 9:18

Pour Kassandra,

Bonjour,

Sans doute le savez-vous déjà mais il s'avère que Zepeda est le fils d'un dirigeant de MOVISTAR, une marque de l'opérateur de téléphonie mobile espagnole TELEFONICA. Un "gosse de riches" donc, bien protégé par papa-maman et sans doute son pays où il ne risque pas grand chose. Je comprends la prudence de Mme Roux-Morizot qui n'a qu'une seule chance et doit fournir une demande d'extradition argumentée au maximum si elle veut une réponse positive, au vu de qui elle a en face. Et encore...
Un petit lien, au cas où:
Une famille influente..
https://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/01/18/narumi-les-medias-japonais-ont-retrouve-le-suspect-chilien
avatar
Agnès

Messages : 27
Date d'inscription : 20/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Kassandra88 le Jeu 9 Aoû 2018 - 9:21

Oui Agnès, je le sais.
avatar
Kassandra88
Administrateur du forum

Messages : 10403
Date d'inscription : 20/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: disparition mystérieuse de Narumi à Besançon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum